Rechercher

Réussir 2021 : devenez antifragile !


2020 a probablement été l'année de la résilience. En mécanique, c'est la capacité à reprendre sa forme initiale après avoir subi un choc.

2021 pourrait bien être l'année de l'antifragile. Ce concept est développé par Nassim Taleb dans son ouvrage éponyme. Nassim Taleb considère que se contenter de reprendre sa forme initiale ne suffit pas en environnement VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity) et il nous recommande de travailler à être antifragile.

Qu'est-ce qu'être antifragile ?

Etre antifragile, c'est tirer parti des chocs, c'est être capable de prospérer et de se développer dans des situations de volatilité, de désordre, de hasard, de stress ou encore d'incertitude. Cela ressemble bien à ce que nous vivons depuis quelques mois !

Il résume ainsi la différence entre résilient et antifragile : " Le résilient résiste aux chocs et reste le même ; l'antifragile en sort grandit. "

Voilà qui est plus ambitieux mais aussi plus pertinent car nous aurons vraisemblablement d'autres crises à traverser, que ce soit au niveau collectif ou individuel.

Comment devenir antifragile ?

  • Tirez les leçons des chocs que vous subissez. Entraînez-vous à changer de regard sur les erreurs (du moins, celles qui ne sont pas dues à la négligence ou à la stupidité !) et à les considérer comme des sources d'informations.

  • Commencez par prendre beaucoup de petits risques mesurés pour vous habituer à cet état inconfortable puis changez d'échelle de risques. Mais ne vous surestimez pas et ne prenez pas des risques qui pourraient vous faire disparaître complètement, vous ou votre activité ...

  • Efforcez-vous de conserver plusieurs options pour rester flexible et vous ajuster à des retournements de situation.

  • Ne cherchez pas à obtenir encore plus d'informations, encore plus de données pour décider. Cherchez plutôt à éviter ce qui ne semble pas fonctionner, vous éviterez déjà beaucoup d'erreurs !

  • Ne vous épuisez pas à chercher une parade à tous les risques : c'est probablement impossible, en outre, un certain degré de chaos et d'incertitude aide les organisations à se développer. Nassim Taleb prend l'exemple des hackers qui finalement nous incitent à avoir des systèmes informatiques plus robustes et plus sûrs.

  • Ne prêtez pas attention aux bruits de fond, mais allez chercher les signaux faibles. Oui, discerner les uns des autres demande un peu d'entraînement...

  • Osez des pratiques contre-intuitives : vous avez un dossier à confier à une personne de votre équipe ? Préférez l'attribuer à une personne déjà chargée plutôt qu'à une personne peu chargée. La première déploiera des stratégies pour tenir les délais, sera peut-être forcée d'innover ou, a minima, de se concentrer sur l'essentiel. La seconde personne risque d'utiliser tout le temps disponible selon la loi de Parkinson : plus avez de temps pour réaliser une tâche, plus la tâche prend de temps !


Un art de vivre ?

Plus qu'une compétence à développer, Nassim Taleb voit dans la qualité antifragile un art de vivre qu'il s'emploie à mettre en oeuvre dans sa vie de tous les jours. Ainsi, il pratique le jeûne intermittent pour tirer parti de privations temporaires ou alterne des périodes d'exercices physique intenses avec des périodes de sédentarité totale pour faire subir à son corps des stress plus élevés mais limités dans le temps. A vous de juger si vous souhaitez allez aussi loin dans votre discipline d'antifragile !

Vous pouvez retrouver des extraits de deux ouvrages de Nassim Taleb, dont Antifragile ici