top of page
Rechercher

Ancrez vos bonnes habitudes dès la rentrée ! 1ère partie


Pendant ces vacances d’été, vous avez pris l’habitude de refaire du sport, de lire chaque jour, de passer du temps avec vos amis, de cuisiner sainement, etc. Vous aimeriez tant pouvoir ancrer ces habitudes pour toute l’année ! Mais vous sentez confusément, alors qu’arrive la rentrée, que cela risque d’être difficile à conjuguer avec vos multiples autres obligations. Devez-vous renoncer ? Sûrement pas ! En comprenant mieux le principe des habitudes et leurs bienfaits, vous aurez plus de facilités à conserver plusieurs d’entre elles même au-delà du tourbillon de la rentrée !


Changez de regard sur vos habitudes : elles sont vos alliées !

Vous avez peut-être des a priori négatifs sur les habitudes : vous pensez qu’elles tuent la créativité, qu’elles vous cantonnent à un mode de vie routinier et bien triste. Le skieur Edgar Grospiron s’exclamait récemment « Je hais la routine ! » Il a peut-être tort et il y a fort à parier qu’il s’est aidé d’habitudes et de routines pour parvenir au niveau olympique. Je vous invite à changer de regard sur vos habitudes : elles sont des alliées de créativité et de performance.


Pourquoi s’intéresser au sujet des habitudes ?

J’ai été frappée par la statistique suivante : sur 10 personnes qui ont eu une alerte cardiaque sérieuse, seule 1 personne change durablement d’habitudes et d’hygiène de vie. Ces 10 personnes ont reçu un signal d’alerte fort, mais une seule l’entend réellement une fois sortie de l’hôpital. Les 9 autres ne changent rien à un mode de vie a priori néfaste. Changer ses habitudes n’est donc pas un problème de motivation, car nous sommes ici dans des situations de vie ou de mort. J’ai donc voulu savoir comment fonctionnaient nos habitudes, comment nous pouvions agir dessus et en faire des alliées.


Gagnez en volonté et en performance

Introduire plus de routine dans sa vie permet d’avoir plus de volonté. Soit, mais pourquoi devrions-nous chercher à avoir plus de volonté ? Parce que la volonté nous aide à atteindre nos objectifs. C’est elle qui nous aide à réaliser les 10 000 heures d’entraînement dont nous avons besoin pour être l’expert d’un domaine. Les musiciens professionnels, les athlètes, les experts ont en commun d’avoir cumulé 10 000 heures de pratique. Faites le calcul : cela représente 5 ans de pratique à raison de 40 heures par semaine sans la moindre semaine d’arrêt… La volonté, avec bien sur la compétence et parfois un don inné, est un des facteurs prédictifs de la réussite. Et justement, en utilisant vos habitudes, vous pouvez gagner en volonté. Comme se fait le lien entre les habitudes et la volonté ? Imaginez que vous démarrez la journée avec un seau de volonté. Chaque décision que vous prendrez pendant la journée viendra puiser dans ce seau, même s’il s’agit de décisions anodines.

Au démarrage de la journée, si je dois prendre des micro-décisions et choisir entre jus d’oranges ou jus de pamplemousses, entre café ou thé, je commence déjà à vider mon seau de volonté. Et cela continue lorsque je dois choisir entre tel ou tel itinéraire pour me rendre au travail. J’arrive au bureau en ayant déjà largement puisé dans mon stock de volonté et la journée ne fait que commencer ! Il y a de fortes chances pour que je craque pour une barre chocolatée à 17h !

L’expérimentation qui fait le lien entre les micro-décisions et l’épuisement de la volonté : Un laboratoire de psychologie comportementale a demandé à un groupe d’étudiants de remplir un questionnaire qui les oblige à exprimer une succession de préférences, par exemple entre vanille ou chocolat, cinéma ou théâtre, beurre ou Nutella. Pendant ce temps, le groupe témoin ne fait rien. Les deux groupes d’étudiants doivent ensuite résoudre une énigme très complexe. Les étudiants qui viennent de remplir le questionnaire abandonnent après une dizaine de minutes alors que les étudiants qui n’ont rien fait persistent pendant une quarantaine de minutes. Ils font preuve de 30 minutes de persévérance supplémentaire ! Imaginez tout ce que vous pouvez accomplir chaque jour quand vous trouvez l’énergie de continuer une activité 30 minutes de plus ! Vous pouvez réaliser de considérables avancées.


Comment en tirer parti concrètement ?

Lorsque vous mettez en place des routines pour des décisions anodines mais fréquentes, vous conservez de l’énergie pour des choix plus stratégiques. Vous préservez votre seau de volonté et vous trouvez l’énergie en fin de journée de faire valoir votre avis lors d’un comité de pilotage ou d’aller à ce cours d’italien ou de tester une nouvelle recette. Vous pouvez vous concentrer sur des tâches de fond, trouver cet état de « flow », de concentration intense, où toutes vos ressources intellectuelles sont disponibles.

Votre cerveau recherche souvent la facilité. Aidez-le à trouver des raccourcis pour des sujets qui ont peu d’enjeux : choisissez une fois pour toute votre petit déjeuner, votre trajet, votre créneau de réflexion stratégique et votre réunion d’équipe.

Les habitudes vous aident à préserver votre stock de volonté et à être plus performants.


Une dernière expérimentation…

Une étude a suivi des étudiants pendant leur dernière année de doctorat et leurs premières années de vie professionnelle. Les étudiants qui avaient pris l’habitude de consacrer chaque jour un créneau de rédaction de leur thèse, puis une fois leur thèse soutenue, de rédaction d’articles académiques, ont davantage publié que les étudiants qui avaient tendance à repousser l’écriture au dernier moment. Au-delà de la quantité d’articles rédigés, il s’avère que leur travail a été davantage cité dans les revues, ce qui est considéré comme un signe de qualité.


Encore un sportif olympique !

Michael Phelps a un palmarès exceptionnel. Il s’entraînait 6 heures par jour, 6 jours par semaine. En 2008, lors des Jeux Olympiques de Pékin, il a déjà remporté 3 médailles d’or et il s’aligne à 10 h pour le 200 m papillon. Il prend son petit déjeuner habituel et 2 heures avant la course, commence sa routine d’échauffement qu’il exécute toujours dans le même ordre et il s’équipe toujours de la même façon. Quand le départ est donné et qu’il touche l’eau, il sent tout de suite qu’il y a un problème, ses lunettes ont bougé et prennent l’eau. Au bout de la première longueur, elles sont pleines d’eau, il ne voit plus rien. Il ne peut évidemment rien faire en course. Au lieu de se laisser aller à la panique ou au découragement, il continue sur sa mécanique de mouvement. Par la force de l’habitude, il sait combien de brasses représente une longueur. Il parvient une fois de plus à établir un nouveau record dans des conditions qui auraient pu causer un abandon ou une contre-performance !


En conclusion

Avec des routines, nous limitons les zones d’incertitude, nous préservons notre stock de volonté et donc notre performance. Il nous est paradoxalement plus facile de faire face à des situations inattendues ! C’est Barack Obama qui confiait qu’il n’a que des costumes gris ou bleu « Je ne veux pas faire le moindre choix en ce qui concerne ce que je vais manger ou porter, j’ai beaucoup d’autres décisions à prendre. »

À suivre…



35 vues

Comentários


bottom of page